Définition de la tendinite fibulaire
Quelles sont les causes de cette pathologie ?
Quels sont les symptômes de la tendinite fibulaire ?
Le traitement de la Tendinite Fibulaire

Définition de la tendinite fibulaire

Trouble musculo-squelettique, appelé aussi TMS, la tendinite fibulaire est une pathologie inflammatoire des deux tendons fibulaires situés sur la partie externe de la cheville, appelés respectivement tendon du muscle court fibulaire et tendon du muscle long fibulaire. Le premier allant vers le tubercule du 5ème métatarsien là où l’autre passe par le dessous du pied pour aller s’échouer vers le 1er métatarsien.
Sollicités en permanence dans tous les mouvements d’appui, de marche, de course et de saut, l’action des tendons fibulaires est de stabiliser la cheville, permettre l’éversion du pied, autoriser la flexion plantaire.

Quelles sont les causes de cette pathologie ?

Il existe plusieurs facteurs à l’origine de la tendinite fibulaire. Chez le sportif, ce sont souvent des micro-traumatismes à répétition sur le tendon des péroniers latéraux qui en sont la cause, ayant pour conséquence de surcharger le tendon. Mais ce peut-être aussi des troubles neuro-proprioceptifs dont l’origine est un dysfonctionnement des réflexes musculaires ou bien un « pied creux varus », responsable des modifications d’appui sur l’avant-pied.
Enfin, il peut y avoir une cause post-traumatique comme une séquelle de fracture du calcanéum.

Quels sont les symptômes de la tendinite fibulaire ?

Au-delà de la souffrance des tendons situés en arrière de la malléole latérale, l’un des principaux symptômes de la tendinite fibulaire est une douleur marquée de la malléole externe pouvant faire penser à une entorse et irradiant vers le haut du genou. Cette douleur est augmentée à l’éversion contrariée du pied. Chez certains patients, la présence d’un œdème au niveau de la malléole révèlera la souffrance tendineuse alors que chez d’autres patients, il y aura une boiterie ou une instabilité de la cheville évoquant la plupart du temps la rupture d’un tendon.
Enfin, il n’est pas rare de rencontrer chez certaines personnes un tableau symptomatique de douleurs qui n’apparaissent que reliées à certains gestes ou à certaines postures.

Le traitement de la Tendinite Fibulaire

Dans la majorité des cas, le traitement médical de la tendinite fibulaire prescrit pas le médecin repose sur la prise d’antalgiques et d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) afin de réduire la douleur et l’inflammation. Conjointement, il est demandé au patient de cesser toute activité sportive, mettant en action la cheville, pendant une durée d’au moins 6 semaines, ce qui veut dire, pas de course à pied, ni aucun sport mettant en jeu l’action des tendons fibulaires.
En revanche, la natation peut être indiquée et même conseillée pour ce genre de pathologie.

Pour traiter la tendinite fibulaire, les conseils d’un podologue du sport seront les bienvenus notamment pour la prescription de semelles orthopédiques ou d’orthèses plantaires visant à soulager les douleurs musculaires et articulaires liées aux pieds.

Enfin, la kinésithérapie manuelle pourra faire des miracles en proposant, entre autres :

• Des étirements très doux des quadriceps et des ischios-jambiers avec renforcement des quadriceps.
• Un travail de renforcement des chevilles avec la proprioception pour agir sur la récupération des lésions et comme stratégie de prévention.
• Plusieurs séances de drainage lymphatique pour améliorer la circulation de la lymphe, éviter la stagnation des fluides et réduire les œdèmes.
• Enfin, pour augmenter la résistance des tendons fibulaires, le kinésithérapeute ne manquera pas d’utiliser la méthode de Stanish en mettant délicatement en tension le mollet du patient, pour un étirement passif mais productif.